A quoi servent les plantes médicinales ?

A quoi servent les plantes médicinales ?

Retour sur le sommet des plantes médicinales


Le titre était alléchant : le sommet des plantes médicinales !

Qu’est-ce que c’est ? Le principe est le suivant : 2 à 3 interviews par jour pendant une dizaine de jours, des experts venant de milieux variés, rassemblés par leur intérêt pour les plantes médicinales et leur utilisation dans leurs pratiques professionnelles.

Le choix a été fait de laisser la place à des interventions longues et même parfois ardues des experts invités. Les vidéos durent entre 30 minutes et 1 heure.

L’accès était libre et gratuit pendant 48h pour chaque jour de ce sommet. C’est à dire, que chaque jour, de nouvelles interviews étaient disponibles mais elles n’étaient accessibles que 48h. Pour pouvoir y accéder plus longtemps, il était nécessaire de payer un forfait, appelé Pack. Ce forfait donnait accès également à des ateliers avec chaque expert. Dans la présentation qui en était faite, ces ateliers semblaient plutôt pratiques. Mais je ne peux pas en parler davantage puisque je n’y ai pas eu accès.

48 heures, c’est déjà très bien, mais c’est très court quand on allie travail, enfants, et j’en passe. Je n’ai donc pas pu tout écouter. Et J’avoue que certains sujets m’intéresseraient moins.

En résumé

Voici un petit résumé des 3 interviews qui m’ont le plus marquées et ce que j’en ai retenu. C’est évidemment très subjectif et très résumé, mais si cela vous donne envie d’en savoir plus, vous pouvez faire quelques recherches sur les experts, qui sont souvent auteurs.

Ces entretiens ont confirmé mon intérêt pour ce champ, et me fait aussi prendre conscience de son étendu ! Je reste plus particulièrement intéressée par l’herboristerie, les plantes, la phytothérapie, de la cueillette à la transformation. L’aromathérapie m’est apparue sous un nouveau jour, passionnante et complexe ; la naturopathie, presque trop vaste et j’adhère moins à l’homéopathie.

Mais je ne suis qu’au début d’une longue route et je ne suis pas à l’abri de bien des changements encore !

Voici mon résumé de mes moments préférés :

Luc Bernard, Luc Bernard Accompagnateur en montagne phytologue-herboriste paysan-cueilleur de plantes aromatiques et médicinales

🌿La proximité est un critère important dans les activités de cueillette : 80% de la cueillette de Luc se fait autour de sa ferme (dans un rayon de 3 à 4 km !). Le plus utile pour nous est à portée de main.

🌿Il faut cueillir selon ses besoins, jamais plus.

🌿Le savoir-faire d’un paysan herboriste se paie. Mais la qualité des plantes n’est pas comparable avec d’autres productions et l’effet thérapeutique dépend grandement de cette qualité !

🌿Préparer une tisane prend parfois du temps si on veut retirer le meilleur des plantes. Une tisane médicinales demande parfois une heure d’infusion…Et ce n’est pas  toujours compatible avec nos modes de vie!!

🌿Le romarin se consomme mieux sec que frais en tisane

🌿Mâcher une racine de gentiane permet d’activer la salivation et de tromper sa soif. (J’en étais resté à l’eau de vie pour ma part !).

Gérard Ducerf, botaniste, auteur

🍁 les propriétés médicinales des plantes ont un lien avec l’endroit, le sol où elles poussent.
🍁 Règle 1 de la cueillette : savoir reconnaître la plante en s’appuyant sur ses caractères fiables (fleur et fruit),
🍁 Règle 2 : s’assurer que le lieu de cueillette n’est pas pollué, notamment en regardant s’il y a des espèces de plantes indicatrices d’un lieu pollué.
🍁 Règle 3 : prendre garde à sauvegarder les espèces : cueillir avec raison et jamais tout au même endroit, ni sur le même pied.
🍁 Capter les propriétés énergétiques des plantes implique parfois de les consommer ou de les préparer dans les 15 mn après leur cueillette !

Francois Couplan, ethnobotaniste, spécialiste des utilisations traditionnelles des plantes sauvages et cultivées


🌿 on se croit moderne en faisant référence à des plantes sauvages, mais on ne fait que réagir aux nouveautés des siècles derniers qui ont tellement dévalorisé la culture paysanne,
🌿 Le régime crétois, ce n’est pas seulement de l’huile d’olive, des légumes et du poissons, c’est aussi une utilisation très fréquente des plantes sauvages.
🌿 Mangeons plus de feuilles vertes, nous nous porterons mieux=> arrêtons de couper le vert des poireaux !!
J’ai beaucoup aimé cette interview dont je ne dépose ici que quelques idées. Elle est très facile d’accès et pleine de bon sens et d’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *